Attachement et liberté peuvent-ils cohabiter ?

Se libérer de l’attachement est peut-être la clé ou pas. Nous allons voir cela tout de suite. Nous cherchons l’attachement et la liberté en même temps. Il n’y a-t-il pas ici, un problème qui mériterait d’être démêlé ? Libéré ?

Pour être libre, par définition, il ne faut pas être attaché. Dès que vous vous mettez une corde autour du cou attaché à une personne ou à un objet, vous vous privez de liberté de mouvement.

Privé de mouvement, vous ne pouvez vous mouvoir et faire ce que vous désirez vraiment. Il faudrait donc couper tous les liens pour être libre ?

Ce qu’il y a de terrible, c’est que tout au long de notre vie, nous ne faisons que ça : rechercher et créer des liens. Nous essayons comme le dit l’expression populaire de « nous accrocher à quelque chose ».

D’autres expressions concernant l’amour et l’attachement existent aussi : « je suis attaché à toi » est souvent perçu comme une preuve d’amour. Plus l’attachement serait fort et plus l’amour serait intense.

Mais là où l’attachement est peut-être le plus ancré dans notre inconscient, c’est surement l’attachement des parents avec leurs enfants. Et en particulier d’une mère avec sa progéniture.

Se libérer de l’attachement ? Je crois qu’en insistant un peu, vous seriez tous prêts ou prête à accepter l’idée de vous détacher de votre conjoint, de votre travail ou de votre argent. Mais concernant vos enfants, ce serait plus difficile.

Même si vous aviez certitude que de se libérer de l’attachement était l’amour véritable, seriez vous prêt ou prête à abandonner ce lien avec vos enfants ? Pas si sûr.

Se libérer de l’attachement est pourtant la clé. Voici pourquoi.

On n’attache pas celui ou celle qu’on aime. Si on sort des conditions matérielles et émotionnelles, on se rend rapidement compte que le véritable amour est l’expression même de la liberté. Vouloir que l’autre soit heureux.

Prenons l’exemple d’une séparation amoureuse. Si on enlève la souffrance et l’égo de celui qui est quitté, s’il s’oublie dans cette histoire et si l’amour de ce dernier est véritable, ce qu’il souhaite c’est le bonheur de son ex. Même si c’est sans lui.

C’est un très bon exemple pour montrer dans ce cas que l’attachement est la cause de la souffrance et non une expression de l’amour comme beaucoup de gens le pensent. C’est parce qu’elle est attachée que la personne souffre quand elle est quittée.

Parfois, nous pouvons aller encore plus loin avec nos proches. En particulier avec nos enfants. Nous pouvons leur imposer des études, des choix des mariages même. Et nous disons que « c’est pour leur bien ». Car nous, nous savons toujours mieux ce qui est bon pour les autres. En réalité, nous les lions à nos valeurs avec l’illusion qu’ils sont un prolongement de nous-mêmes.

Problème, se libérer de l’attachement fait peur

Alors, peut-être voyez-vous maintenant l’origine de votre souffrance : l’attachement. Mais votre mental est surement perturbé et dit : mais si nous sommes tous détachés, cela va être la jungle. Ou « les gens détachés sont des gens égoïstes ». Ou encore « si je suis détaché, je vais être seul ou me sentir seul ».

Se libérer de l’attachement, c’est tout le contraire en réalité. C’est se libérer de la souffrance. Il suffit de visualiser l’attachement pour comprendre que toutes ces idées du mental ne sont pas vraies.

Imaginez-vous attaché à quelqu’un ou à une situation :

Lorsqu’on est attaché :

  • On a plus de difficultés à aller vers les autres.
  • On a moins de liberté de mouvement
  • On ne peut pas découvrir autre chose que ce qui est dans la limite défini par la corde qui nous lie
  • On rêve d’autres choses
  • On regarde les gens passés à côté de nous qui vont découvrir autre chose avec envie, jalousie.
  • Parfois, ça rassure. Mais cela ne peut durer tout le temps. Le vrai désir conscient ou inconscient, c’est de couper la corde.

En réalité, l’attachement n’est qu’une illusion. Car nous sommes déjà tous liés. Mieux, nous ne faisons qu’un aux yeux de l’univers. En cherchant l’attachement, nous essayons de réaliser ce que nous sommes déjà. Nous cherchons notre propre nature, un sentiment ancré en nous à travers un seul objet ou une seule personne.

Alors qu’en réalité, nous sommes liés avec tout. La source de la souffrance dans l’attachement vient en réalité du fait que, en nous attachant à quelqu’un ou quelque chose, nous nous privons du reste du monde, c’est-à-dire de nous même.

En nous attachant à quelqu’un ou quelque chose, nous nous déchirons intérieurement. Nous nous détachons de nous-mêmes.

Se libérer de l’attachement = dangers ?

Se libérer de l’attachement va vous permettre d’être reconnaissant dans une vie qui va devenir généreuse avec vous puisque vous pourrez en profiter pleinement. Pourquoi ? Parce qu’aucun lien ne vous empêchera d’aller là ou vous devez aller.

Alors, votre mental va dire : oui, mais alors, le monde va devenir n’importe quoi. Il n’y aura plus de couple, plus rien ne sera solide, tout le monde va faire n’importe quoi.

Parce que vous croyez que le monde n’est pas n’importe quoi aujourd’hui ? C’est parce que les gens sont attachés à tout un tas de trucs qu’ils partent dans tous les sens. L’homme et la femme détachée, c’est tout le contraire. Ils sont calmes, détendus. Ils savent qu’ils ont le monde pour eux. Ils peuvent donc se poser en toute liberté avec qui ils veulent et où ils veulent. Sans pression, tranquillement.

ATTENTION au plus gros piège du détachement

Le détachement est la clé du bonheur et de la libération. Si vous commencez à comprendre cela intellectuellement et que vous arrivez à dépasser les peurs de votre mental, vous allez pouvoir vous mettre en quête du détachement.

Mais attention. Il y a un problème. Un piège dans lequel il ne faut pas tomber. C’est celui de tomber dans l’attachement au détachement.

Le mental est très malin et très subtil. Il va vous entrainer dans un nouvel attachement, celui de ne plus être attaché.

La solution ? Ne portez pas votre attention sur l’objet de l’attachement, mais sur l’attachement lui-même. En réalité, le mental va investir les endroits ou vous lui laissez la place d’entrer.

Ce n’est pas l’attachement à votre enfant ou à votre mari qu’il faut regarder. Ce n’est pas le mari ou l’enfant le problème. C’est l’attachement.

L’attachement va se placer là où il y a de la place. Là où c’est facile de se glisser sans que vous ne le voyiez. Soyez donc très vigilant. La solution la plus efficace étant la méditation.

Une autre solution pour vous aider est de vous inscrire à mes emails privés. Ce sont des emails inspirants uniques que j’envoie tous les jours à 9 h pour t’aider à gagner ta liberté, ta paix et ton bonheur.

Le prochain email est pour demain matin 9 h.