Sauver des vies du coronavirus dépend de notre état d’esprit. De l’attitude mentale et émotionnelle que nous avons vis-à-vis de nous et des autres.

Si je te dis :

Cas n° 1 :

2 % des gens qui ont eu le coronavirus meurent de la maladie. Les hôpitaux sont submergés et aujourd’hui 50 personnes sont mortes.

Cas n° 2 :

98 % des personnes malades du coronavirus guérissent. De nombreux cas ne connaissent pas ou peu de symptômes.

Nous sommes en capacité de nous occuper des plus fragiles. Nous pouvons sauver des vies du coronavirus.

Que ressens-tu à la lecture de ces deux propositions ?

Une seule attitude pour sauver des vies du coronavirus

En ce qui me concerne dans le cas n° 1, JE me sens menacé. Je me dis, il faut que JE fasse tout pour ne pas faire partie de ces 2 % de mort.

Il faut que JE me protège. JE ressens du stress, le besoin de me replier sur moi. C’est chacun pour soi. Sauver des vies du coronavirus n’est pas le problème qui hante mon mental. Pas parce que je le décide, mais parce que mon mental est orienté avec une certaine perception, une certaine manière de voir les choses tel que présenté dans le cas n°1. Seul sauver ma vie compte.

Dans le cas n° 2, je suis soulagé. Au lieu de mettre mon énergie sur la menace qui pourrait peser sur moi, je me tourne vers les autres.

Et je me demande comment je dois faire pour aider le mieux possible les plus fragiles. Je me demande comment sauver des vies du coronavirus.

https://plusvitequezen.systeme.io/sacrebonheuremailsprives

Être un héros qui sauve des vies du coronavirus : facile

J’adopte une nouvelle attitude pour aider et plus pour me sauver. Je ne vois plus uniquement ma personne, mais le problème dans toute sa dimension, dans toute sa globalité. Je peux ainsi agir sur plus de paramètres. Ma capacité d’action pour aider à sauver des vies, à guérir du covid-19 est plus grande.

Même si je me confine chez moi, je me sens solidaire et responsable et j’œuvre pour le bien commun.

Le but n’est plus "que je ne meurs pas du covid-19", mais que je mette en place les causes et conditions pour que ceux qui en souffrent le plus soient pris en charge le mieux possible.

Dans le cas n° 1, je suis anxieux, je stresse et j’ai peur, dans le cas n° 2, je suis responsable, créateur et je suis un héros, car je vais sauver des vies.

Sauver des vies est une question de choix

Tu le vois, tu peux choisir qui tu veux être. Peut-être ton mental et ton corps t’on conduit à être dans la peur et le repli sur toi. Peut-être as tu été amené à vider les rayons de supermarché parce que tu as pensé que tu allais manquer de tout.

Peut-être t’es-tu laissé penser que c’était à chacun de sauver sa peau et que c’était le meilleur moyen. Mais sauver des vies du coronavirus, que tu le veuilles ou non, c’est te sauver toi-même et tout ton entourage. Te sauver de la maladie, mais aussi de te sauver du mental et de la peur qu’il véhicule.

Coronavirus : une question existentielle.

L’histoire a largement montré que le repli sur soi est toujours contre-productif. C’est un tue-l’amour. Cette bataille contre l’épidémie de coronavirus sera toujours plus efficace si nous travaillons ensemble et pensons toujours à l’autre.

Si tu doutes encore, pose-toi la question dans quelle situation tu te sens bien le mieux ? Dans quelle situation tu es fière de toi, tu te sens aligné ? Cas n° 1 ou cas n° 2 ?

Veux-tu suivre ta joie ou ta peur ?

Tu as le choix aujourd’hui si tu décides de ne pas écouter ton mental et que tu décides de te faire confiance et de faire confiance en ta joie.

Si tu veux me suivre, inscris-toi à mes emails privés pour recevoir chaque jour des emails inspirants pour t’amener plus de joie, de bonheur et de paix dans ta vie.

Prends soin de toi,

Laurent Macha

https://plusvitequezen.systeme.io/sacrebonheuremailsprives