Je suis sûr que tu t’es posé cette question plusieurs fois : que dois-je faire de ma vie ?

Le doute fait partie de notre existence.

Et c’est ce même doute qui nous pousse à aller plus loin.

C’est ce doute qui nous amène à être surpris par la vie.

Qu’est-ce que je veux dire par là ?

Que dois-je faire de ma vie ?
Je t’explique.

Même lorsque nous sommes apparemment convaincus que nous sommes bien là où nous sommes…

Il y a souvent une petite voix qui te dit soit :

  • Je veux encore plus

En général, c’est la voix du mental qui ne peut pas se satisfaire.

Une voix qui ne pourra jamais se satisfaire.

  • Ou alors, je ne suis pas à ma place, je veux quelque chose de plus complet.

Il y a selon moi une vraie différence entre ces deux approches.

Dans le premier cas , c’est quelque chose de compulsif.

Dans le deuxième, cela vient de quelque chose de plus profond.

De plus divin.

De plus spirituel.

Le truc, c’est que nous sommes un peu sourds à cette profondeur en nous.

Car elle nous fait un peu peur.

Pourquoi ?

Parce qu’elle pourrait nous amener à remettre en cause beaucoup de choses dans notre vie.

Et ça, le mental, il n’aime pas beaucoup.

Mais la vie est si puissante

Tu le sais au fond de toi…

Ça veut bouger, ça veut grandir…

Mais tu as peur.
Ton mental a peur.

Alors, tu te contentes de ce que tu as.

Tu te rassures en te disant que tu es heureux.

Dans cette maison,

Avec cet homme ou cette femme…

Avec ce travail et ce projet que tu mènes plus ou moins de loin.

Mais au fond de toi, tu sens que quelque chose n’est pas juste.

Que dois-je faire de ma vie ? Et un jour…

Ce que tu redoutais tant…

Je veux parler de « remettre en cause certaines choses dans ta vie ».

Ce que tu as repoussé, la vie va te l’amener de force.

Elle va t’offrir ton plus terrible et le plus beau cadeau.

Elle va répondre de tout son cœur à ta demande intérieure.

Cette demande que tu te fais depuis longtemps et que tu as cachée.

Que tu feins d’ignorer.

Que tu aimes tant, mais qui en même temps, te fait tellement peur.

Alors un jour, je te disais…

Que dois-je faire de ma vie ?

C’est la crise.

Une séparation, un divorce…

Un licenciement, un échec…

Une crise quelconque vient t’offrir ce changement sur un plateau.

C’est souvent douloureux, parfois violent.

Mais c’est toujours à la hauteur du désir que tu avais enfoui.

Mon invitation pour trouver ton propre élan dans ta vie :

C’est que tu regardes ou tu en es aujourd’hui.

Que tu essayes de voir ou de découvrir ce que tu avais caché en toi.

Ce que tu ne voulais pas voir et que tu désirais tant.

Et qu’enfin, tu l’accueilles, tu le contemples et tu l’honores.

Que tu reconnaisses dans ce que tu vis en ce moment un cadeau que tu t’es fait à toi même.

Quand tu commences à voir la vie ainsi, alors, elle prend une tout autre saveur.

Rien n’est là par hasard.

Rien n’est là contre toi.

Il faut juste un peu de courage pour aller regarder.

Il faut juste ranger son égo quelques instants.

Et inviter l’humilité.

Accueillir à bras ouvert la vie que tu es.

Vois toujours les choses de ta vie comme si tu les avais créées.

Si tu fais cela, tout va changer en toi et autour de toi.

Car tout sera ta création.

Ton mental, bien sûr, va résister.

Mais tu vas lui apprendre que tu es le maitre.

Que tu es le créateur !

Tu vas déceler chaque pensée que tu ne souhaites pas suivre.

Et tu vas lui donner tes propres pensées.

Et tu vas comprendre que c’est souvent le mental et la peur qui choisissent ta vie.

Mais tu verras qu’en réalité, c’est ton moi profond, ta conscience qui guide toujours ton existence.

Tu vas alors apprendre à écouter cette profonde voix de l’intérieur.

Et tu vas aussi reconnaitre tout ce qui ne vient pas de toi et le laisser de côté.

Tu vas suivre ton véritable chemin.

Et ça commence par maintenant en reconnaissant ce que tu vis aujourd’hui comme ta propre création.

Une création de toi.
De ta conscience qui te montre le chemin de ce que tu as demandé au plus profond de toi.

Pour accéder à mes emails quotidiens et continuer l’aventure de la vie avec moi, clique sur ce lien.

À demain,

Laurent Macha