Le véritable danger du coronavirus, tout le monde en parle,

Et moi aussi,

Le coronavirus est l’exemple type de chose que la perception peut changer.

Mais avant de t’en dire plus, je tiens à préciser que je ne nie pas le danger de la maladie du covid-19 et que bien évidemment, il faut être prudent et s’en protéger du mieux qu’on peut.

Je te parle souvent d’émotions. Et il y en a une que cette maladie diffuse beaucoup plus vite que le virus lui-même. C’est l’émotion de la peur.

Le véritable danger du coronavirus en deux points

Cette peur transforme notre réalité sur deux points :

D’abord, la peur nous aveugle et nous montre une réalité erronée de la véritable situation sanitaire, car passée elle à travers le filtre de la peur. Du coup, nous ne sommes plus en lien avec la réalité. Les médias qui parlent des dangers du coronavirus sont d’ailleurs l’autre filtre qui nous éloigne aussi de la réalité.

Ensuite, la peur affaiblit de façon considérable (les études le montrent) notre système immunitaire. C’est à dire tout simplement sur la qualité de notre santé.

Du coup, nous sommes encore plus vulnérables à la maladie du covid 19.

D’une certaine manière, nous nous retrouvons plus aptes à attraper le coronavirus parce que nous en avons peur. Et plus nous en avons peur, plus nous avons des chances de l’attraper.

Il serait d’ailleurs intéressant d’observer, si cela était possible, les courbes de diffusion de la maladie coud-19 et de la peur dans notre pays.

Le véritable danger : une autre dimension plus politique.

Il est difficile d’avoir les bons chiffres. Sur internet, mais aussi à la télévision, on entend tout et son contraire.

Exemple, sur ce site, le taux de mortalité du civid 19 est trente fois plus élevé que celui de la grippe saisonnière. Et sur cet autre site titre son article ainsi : Coronavirus : un taux de mortalité trois fois plus élevé que la grippe, alerte l’OMS.

Tout le monde semble plus ou moins d’accord sur un taux de contagions entre 2 et 3 %, là où celui de la grippe est de 1,2 %.

Mais la rougeole fait mieux avec plus de 7 %. Et c’est aussi une maladie dont on peut mourir et qui s’est développée un peu plus ces dernières années alors qu’elle avait presque disparu des pays occidentaux. Pourtant, on n’en parle pas avec autant de passion que le coronavirus.

Le danger de la surinformation émotionnelle

Je crois que nous devons nous protéger de l’information qui la plupart du temps est délivrée sur le mode anxiogène. Bien sûr nous devons rester informer. Mais nous ne sommes pas obligés de nous abreuver d’information comme des drogués en manque ou des animaux en paniques.

Nous devons aussi prêter attention à nos émotions. Tu vois ici combien l’état émotionnel des gens influe sur leur perception, mais aussi sur leur corps, leur énergie, leur système immunitaire.

Dès que tu es en proie à tes émotions négatives, tu perds ton énergie et ton libre arbitre. Tu perds le recul sur les choses et les évènements.

Peut-être toi-même, en ce moment, tu vis dans beaucoup d’émotions de peur, de colère, de tristesse, de manque affectif ou que sais-je encore.

Le coronavirus peut ajouter une nouvelle couche émotionnelle dans ta vie dont tu n’as bien sûr pas besoin. Mais ton corps adore. Car nous sommes tous addicts à l’émotion, au sensationnel. Bizarrement, le véritable danger du coronavirus serait peut-être de nous rendre fous et moins humains comme ces personnes se précipitant dans les supermarchés sans se poser la question de savoir s’ils doivent en laisser à leur voisin.

Ce virus risque de nous rendre encore plus accro à l’émotion et donc plus dépendant au sensationnel. C’est une excellente façon de nous contrôler, de nous faire avaler et acheter n’importe quoi.

Mais ne tombons pas dans la théorie du complot. Ne restons pas non plus complètement stupides à croire qu’il n’y en a aucun.

Le véritable danger du coronavirus est de construire un avenir incertain.

Restons vigilants. Au coronavirus, à nous, à nos émotions, à notre mental et à la manipulation médiatique, commerciale (le prix des liquides hydroalcooliques qui flambent) et politique.

Mais restons aussi bienveillants vis-à-vis de ces mêmes personnes, de la vie et du monde. Ayons aussi de belles pensées. Car ce sont avec elles que nous construisons le monde de demain. Pas avec la peur et la haine, mais bien avec l’amour, la joie et la beauté.

Si tu veux continuer de me suivre et rester inspirant pour connaitre une vie de liberté et plus heureuse, inscris-toi à mes emails privés. J’y raconte encore plus de choses qu’ici. Chaque jour, à 9 h, un email tout neuf dans ta boite mail.

A demain 9 h ?


Laurent Macha