La bonne et la mauvaise colère = la bonne et la mauvaise souffrance

La bonne et la mauvaise colère existent. Selon où se trouve votre colère dans votre état d’être, elle va amener de la souffrance ou au contraire une prise de conscience salutaire.


Il faut bien comprendre une chose.

Chaque jour est un jour qui compte.


Chaque jour est là pour nous enseigner la vérité. Chaque moment doit être gouté comme un nectar. Même si ce nectar est la tristesse, la peur ou la culpabilité. Goutte ta souffrance

Peut-être tu vas me dire que je dis n’importe quoi. Que tu souffres beaucoup et que je ne peux pas comprendre. Que la souffrance est insupportable et que de dire des bêtises pareil comme « goutte ta souffrance » est inacceptable.

Comme je te comprends.


Mais crois-tu que je dise cela en l’air ? Crois-tu que je n’ai jamais éprouvé la souffrance pour en arriver à dire de telles choses ?

C’est la souffrance qui m’a amené à dire cela. Et je peux te dire que tant que tu luttes contre cette souffrance…elle reste là, elle s’accroche encore plus.

Un choix de perception différent.

La contempler, la gouter est un moindre mal comparé aux dégâts causés par son rejet. Ce n’est pas facile à faire, c’est vrai. Parce que cela ne parait pas naturel. En fait, ça l’est, mais nous avons perdu cette faculté.

Tu le sais : la colère compulsive entraine plus de colère, plus de tristesse. Mais aussi la honte, les regrets. Elle est souvent une détresse de l’âme reliée à une peur de l’abandon. Plus tu entretiens ces états de colère et plus tu nourris ces sentiments.

Alors, on prend du temps pour soi. Pour retrouver ce naturel.
Grâce au repos, à la contemplation et à la méditation.

La lutte est toujours le chemin le plus long.

Alors, suite à ma colère d’hier, j’ai le choix. Je lutte, ou je goutte, je contemple. Et je prends ma responsabilité sur ce monde. Là où j’en suis. Là où je suis.

Différencier les deux sortes de colère

  • Celle où tu t’emportes et où tu n’es plus toi
  • Et la sainte colère. Celle qui t’aide à grandir, à comprendre et à avancer.

La colère doit rester saine.

  • Un passage conscient qui mène a encore plus de conscience.
  • Un événement qui autorise à la prise de conscience.

Celui qui est en colère n’a de l’énergie que pour sa colère. Toute son attention est sur son corps et sa survie. Celui qui est en colère n’a aucun recul pour trouver des solutions.

La colère ne te sert qu’à toi. Si tu penses qu’elle est utile pour toi. Mais elle n’amène jamais rien de positif ni aux autres ni au monde.

Alors à partir d’aujourd’hui si tu le veux bien, goutte ta colère. Rends-la consciente. Rends ta souffrance consciente.

La méditation pour transformer sa colère en Graal.
La méditation peut transformer la mauvaise colère en saine colère.

Pour être plus conscient, médite.

Cela te permet deux choses :

  1. Quand tu médites, tu vois les choses.

Quand tu vois les choses, c’est que tu es conscient. Donc, tu peux te servir de ta méditation pour goutter et rendre ce que tu vis plus vivant et plus conscient.

  1. Mais la méditation t’entraine aussi à être conscient plus souvent dans ta journée.


Plus tu médites, plus tu entraines ta conscience à être consciente d’elle-même. Plus tu médites et plus tu seras de plus en plus conscient dans ta journée.

En faisant ainsi démarre une nouvelle vie.

Choisir entre ces deux colères, c’est choisir de changer de vie.

Nous pouvons la démarrer ensemble cette nouvelle vie. Inscris-toi à mes emails privés et apprends avec moi à gagner ta liberté, ta joie, ta paix et ton bonheur.

Tous les jours un email unique à 9h

À demain,
Laurent