Quitter l’état de colère et de tristesse : le voulons-nous vraiment ?

Parfois nous voulons quitter un état, notre colère, notre tristesse.

Mais nous n’y arrivons pas.

Le voulons-nous vraiment ? Voulons-nous vraiment vivre autre chose que ce moment-là ?

J’ai envie de me sentir pleinement en paix et en même temps je me sens accroché, attaché à cet état si désagréable. Je ne veux plus être en colère, mais en même temps je trouve que cette colère est juste. Je suis attaché aux idées qui m’amènent dans cet état. Je suis attaché aux faites que cela soit les autres qui sont responsables de cet état. Je suis attaché à la personne que je suis au plutôt que je crois être et en même temps je suis fatigué de cette personne.

Déceler l’attachement à la colère ou la tristesse.

Tu sais déjà tout. Ton choix est clair et la réponse est claire. Tout se passe comme tu le demandes finalement. Tu voudrais être en paix et d’un autre côté tu ne désires pas vraiment quitter ta colère. L’univers fonctionne très bien, il te donne ce que tu veux.

Tu dois avant tout reconnaitre ton choix de faire durer ta colère ou ta tristesse. Pose-toi et regarde comment tu y es attaché et comment tu as du mal à vouloir t’en détacher. Reste avec ce sentiment sans vouloir le quitter. Embrasse-le et vois-le comme ton choix, comme ta création.

Quitter la colère ou la tristesse par un vrai choix

Je vais t’inviter maintenant à t’orienter et te concentrer vers ton vrai choix et non vers ton attachement. Ton vrai choix, même s’il est caché derrière l’attachement à la personne, lui-même issu de la peur de quitter ce personnage, ton égo, ton vrai choix donc est celui de la paix. Le vrai choix c’est l’état dans lequel on voudrait être d’un claquement de doigts. On pourrait d’ailleurs y arriver. Et tu y est parfois arrivé. Ce petit sentiment qui basculé d’un seul coup, on ne sait pourquoi arrivant de nulle part. Il semble arriver de nulle part, mais il est précédé en réalité d’un choix. Un vrai choix issu d’un ras-le-bol et surtout d’une bonne volonté prête à s’exprimer, à exploser. Une bonne volonté qui se lâche. Une bonne volonté qui ne pense plus et qui se vit pleinement comme si elle ne pouvait plus être autre chose.

La bonne volonté de se détacher de la tristesse et de la colère.

Est-il utile d’aller contre sa volonté ? Si tu n’es pas prêt à changer alors reconnais ce point et accepte ce point et ai confiance en ton cœur, dans son vrai désir, qui est bien plus fort en vérité que l’attachement à ta personne. Le problème, c’est qu’en résistant à cet attachement qui est à ta création, tu la fais encore plus exister. En ne permettant pas à cette fleur d’éclore pour faner ensuite, tu ne fais que perdre du temps. C’est pénible pour toi, pour ceux qui t’entourent et pour la terre tout entière. Laisse être ce que tu as créé et reste dans la confiance et dans la confiance de la confiance.

Fais confiance au chemin que ton coeur s’est fixé.

La colère et la tristesse sont une expérience. Tu sais au fond de ton coeur où tu veux aller et l’univers tout entier le sait. Sache que tu marches toujours dans ta création, dans tes demandes. Tu ne peux être ailleurs que dans ce que tu as créé. La tristesse, la peur ou quoi que ce soit d’autre, n’y résiste pas dans la confiance. Laisse filer, écoute paisiblement ce Nouveau monde que te procurera et te procure déjà le vrai désir de ton cœur en le laissant être et agir sans ton intervention. Ce que tu as a faire, c’est juste de goûter tout l’instant présent en toute confiance sans vouloir changer quoi que ce soit. Si la foi et la confiance sont là, tu peux être assuré que ton cœur saura te diriger et te donner le meilleur que tu puisses imaginer.